En regardant l’émission Question à la Une de ce mercredi 12 octobre 2016 qui traite notamment du nombre croissant de centres commerciaux et de leur taille qui ne cesse d’augmenter, un rapprochement s’est fait dans ma tête avec le billet tout récent de Lionel Dricot : L’Humanité est-elle condamnée à disparaître comme les dinosaures?

Sans rentrer dans les détails de son article que je vous invite à lire, il fait le parallèle entre les raisons probables de l’extinction des dinosaures et la fin tout aussi probable d’un modèle de société basé sur la croissance et le gigantisme.  Les dinosaures sont devenus de plus en plus gros pour être de meilleurs prédateurs ou des proies plus difficiles à vaincre mais ce faisant, leurs besoins énergétiques ont également augmenté jusqu’à un point critique où l’énergie dépensée pour trouver de la nourriture dépassait l’apport en calories de cette dernière.  On peut imaginer différentes raisons, dont la raréfaction des ressources et le renouvellement trop lent desdites ressources.  Ça sonne comme un refrain actuel, non?

Le lien est donc fait avec les hommes.  Ces derniers n’ont plus besoin d’être physiquement grands mais dans le même élan de survie, les groupements humains se sont mis à grandir en taille et en puissance.  Cette observation vaut pour les nations, les religions ou les sociétés commerciales.  Avec une consommation effrénée de ressources humaines, naturelles et financières.

On en vient donc aux centres commerciaux dont on parle dans l’émission.  Pourquoi toujours plus et toujours plus grand?  Est-ce que ça répond réellement à une demande du consommateur ou n’est-ce pas plutôt une fuite en avant, symptôme d’un système en bout de souffle qui vise la rentabilité maximale en peu de temps?

Une étude de Procos fait état d’une forte augmentation de la vacance locative dans les centres commerciaux en France.  Elle pointe aussi le caractère de plus en plus concurrentiel sur ce marché particulier.  Est-ce que les prédateurs ne sont pas en train de s’étouffer à force de vouloir grandir?

Une autre question en filigrane est celle de la destruction du commerce de détail, du petit indépendant.  Est-il victime des ces géants commerciaux?  Ou plutôt d’une évolution sociétale qui poussent les consommateurs à favoriser la concentration des enseignes, le choix important, la disponibilité immédiate?  En ce sens, les difficultés que rencontrent les commerces locaux et l’augmentation du nombre de centres commerciaux pharaoniques sont deux effets d’une même cause mais le second n’est pas forcément coupable du premier.  Toujours à partir de là, l’on peut dire que ces projets commerciaux correspondent bien à une attente actuelle des consommateurs.  Il faudra donc sans doute encore du temps pour faire évoluer les mentalités vers l’homo collaborans plutôt que l’homo consumens.

Et on en revient donc naturellement vers l’éducation qui doit se renouveler pour préparer les hommes de demain à la nouvelle société qui ne pourra plus être basée sur la croissance et la consommation, mais bien sur l’autonomie et la collaboration.  Indépendamment des connaissances enseignées, il s’agit surtout de prêter une grande attention aux valeurs et au modèle de société qui sont véhiculés quand nous éduquons nos enfants.

Et vous, qu’avez-vous pensé de cette émission?


Le lien vers l’émission au complet : Question à la Une