Ça y est, ce dimanche 21 août 2016, nous avons franchi le Rubicon, nous avons annoncé à nos enfants notre projet de les déscolariser.

Evidemment, il est facile d’imaginer que n’importe quel enfant ferait des bonds de joie à entendre ses parents lui dire : « Tu sais, le 1er septembre, pour finir, tu ne dois pas aller à l’école.  Le lendemain non plus d’ailleurs, ni les jours suivants. »  Cependant, ce n’est pas si évident que ça car ce choix soulève beaucoup de questions, pour les enfants comme pour les parents.

Quoiqu’il en soit, la nouvelle a été bien accueillie.  L’annonce s’est faite peu ou prou dans les termes suivants:

Moi : « Les enfants, cette année, après avoir bien réfléchi, maman et moi avons envie de vous proposer de ne pas aller à l’école à la rentrée et d’apprendre à votre rythme, ce qui vous intéresse.  Qu’en pensez-vous? »

Notre fille (8 ans) : « Oh oui! »

Notre fils (6 ans) : « Oui! Oui! C’est une très bonne idée!  Je vous dis mille fois merci! »

Notre fille : « Tu sais, ça ne veut pas dire que c’est tout le temps la récré. »

Notre fils : « Mais on aura quand même des temps libres?  De toute façon je n’aime pas vraiment l’école car on est obligé de faire des trucs de bébé… »

S’en est suivi une explication un peu plus complète sur ce que nous envisagions comme modus operandi, sur la manière d’apprendre (apprentissages autonomes), sur la participation aux tâches, sur notre disponibilité, sur les sujets qui les intéressent (déjà!).  Une discussion intéressante et très stimulante.

Ce projet que nous envisageons depuis des mois, pour lequel nous avons multiplié les lectures (bientôt une page « lectures conseillées ») et les rencontres, prend enfin une forme plus concrète aujourd’hui avec la participation volontaire de nos enfants.

Nous voici à l’aube d’un fabuleux projet pour lequel il nous reste (vous en doutiez?) plein de questions ouvertes et de défis à relever, parmi lesquels :

  • L’acquisition des compétences exigées par la FWB
  • Les formalités administratives d’éducation à domicile (terme utilisé par la FWB)
  • L’organisation du temps (travail, loisirs, avec ou sans enfants)
  • La création d’un réseau de soutien
  • La confrontation aux autres
  • La sociabilisation
  • J’en passe …

A travers ces billets, je compte partager avec vous cette aventure.  Pour vous faire part de nos craintes, nos doutes, nos espoirs, nos découvertes, mais aussi pour recueillir vos commentaires, vos questions, vos encouragements.

Dans un prochain billet, je vous exposerai les raisons qui nous ont poussés à opérer ce choix.